OS 5 - Nous deux, pour toujours

Elle courait à en perdre haleine, ne se souciant pas des branches qui lui fouettaient le visage ou de ses pieds nus écorchés et torturés par cette course effrénée. Son coeur battait si vite que sa poitrine lui faisait mal et elle ignorait la voix de son ami à l'apparence féline qui la suppliait de se ressaisir.

Elle avait entendu sa voix.

Elle en était sûre. Elle l'aurait reconnue entre mille. Cette voix grave qui aimait la taquiner, la réconforter, la protéger. Cette voix qu'on lui avait arraché quelques heures auparavant, laissant un vide dans son coeur.

Il lui était impossible d'expliquer avec de simples mots le sentiment, ou plutôt le chaos de sentiments qui se bousculaient dans son esprit. Tout ce qu'elle savait c'était qu'elle voulait le voir, l'enlacer, l'embrasser, lui dire à quel point elle l'aimait. Que elle aussi, avait, pour la première fois, imaginé construire un avenir, fonder une famille avec cet homme.

Avait-elle rêvé ? Était-ce une illusion pour la punir d'être restée spectatrice de sa propre histoire d'amour ? Lui avait-on joué un mauvais tour ?

Elle s'en fichait. Elle n'en avait strictement rien à foutre. Elle infligeait à son petit corps qu'il aimait qualifier de "crevette" une torture physique tandis que son esprit en subissait une psychologique. Elle ne pouvait cesser de penser à cet homme dont, étrangement, elle avait réussi à tomber amoureuse. Ils étaient tellement différents que c'en était risible. Comme le yin et le yang, l'ange et le démon, la belle et la bête.

Ses larmes innondaient ses joues roses et ses poumons étaient en feu. Elle trébucha, s'écorcha le genou mais réussit à se relever malgré tout. Il était près. Elle le savait. Elle le sentait.

Elle étendit une voix de petite fille au loin. Celle qui avait précédé la voix de son amant. Sa course s'arrêta enfin petit à petit. Ses jambes lui faisaient tellement mal qu'elles vacillèrent et elle s'effondra au sol, crachant ses poumons. Elle l'entendit alors. Il venait de crier son nom. Elle tenta de se relever et s'assit sur ses genoux en sang, attendant qu'il vienne la chercher. Elle leva la tête vers le bruit de feuilles, il était tout près. Elle pleurait de plus belle. Puis plus rien.

Plus aucun bruit.

Que s'était-il passé ?

Paniquée qu'il ait put lui arriver quelque chose, elle tenta tant bien que mal de se mettre debout, sur ses jambes tremblantes ce qu'elle parvint à faire grâce à dieu. Elle l'appela par son prénom en murmurant. Puis le murmure s'amplifia jusqu'à devenir un cri. Elle poussa l'immense feuille tropicale qui se tenait devant elle et le vit. Juste là.

Il la regardait en lui tendant les bras avec un sourire qu'elle ne lui avait jamais vu. Pas l'un de ses fameux sourires mesquins, non. Un vrai sourire. Rempli de joie.

D'amour.

- Ga...jeel... murmura-t-elle

Ses lèvre tremblaient mais ses larmes s'étaient enfin stoppées. Elle s'approcha doucement, comme si elle avait peur que tout ça be soit qu'un rêve. Elle tendit une main tremblante vers son visage qui vint se poser sur sa joue. Il était réel. Comment ? Que s'était-il passé ? Son amant avaient des perles au bout des yeux et il mit sa main sur celle bien plus fine et délicate qui caressait déjà son visage.

- Levy...

Il rougit légèrement ce qui la surpris. Elle ne put s'empêcher d'éclater en sanglots qu'elle mêlait à des rires. Elle se jeta dans ses bras, disant qu'elle savait qu'il n'était pas mort, que ce n'était pas possible. Épuisés, ils tombèrent au sol dans les bras l'un de l'autre. Dans un mouvement brusque -et usant des dernières forces qui lui restaient- elle plaqua ses lèvres contre celle du brun qui répondit au baiser sans hésiter une seule seconde.

Il était là, c'était vraiment lui. Ce n'était pas une illusion. La belle venait de retrouver sa bête. Cette même bête qu'elle avait apprivoisé et à qui elle avait appris à aimer. Elle ne sut résister à l'appel de Morphée et s'endormit dans les bras de l'homme qu'elle aimait.

Pour lui, elle aurait traversé bien plus qu'une forêt.



Voilà, j'ai tellement hâte des retrouvailles entre Levy et Gajeel que j'ai écrit un OS. Il pouvait juste PAS être mort u.u

Tags : Fanfic - OS - Fairy Tail - Gale - Chapitre 488

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.228.137) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Tagliatelles

    13/08/2016

    Marianne-Hewison wrote: "Mahahahaha (j'avoue, je l'avais pas vu avant... oui je suis conne... mais bon !) il est trop bien ! Dommage que ça se passe pas comme ça...
    Hâte de voir leurs vraies retrouvailles !
    "

    Oui j'ai telleeeeemmeeeent hâte ! ♥

  • Marianne-Hewison

    13/08/2016

    Mahahahaha (j'avoue, je l'avais pas vu avant... oui je suis conne... mais bon !) il est trop bien ! Dommage que ça se passe pas comme ça...
    Hâte de voir leurs vraies retrouvailles !

Report abuse